“un coup de massue à l’économie culturelle” dit la Sabam. Les chiffres parlent.

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Sabam ( société belge des auteurs compositeurs et éditeurs )  vient de publier des chiffres relatifs à l’impact des mesures de lutte contre le coronavirus sur l’écosystème culturel. C’est dramatique.

Et ce sont plus de 319 millions d’euros de revenus que perd l’écosystème culturel belge depuis 2020. Les évènements culturels ont été divisés par 4, et on a vendu 87% de tickets en moins par rapport à 2019 ( 48,4 millions d’euros ) .

Ce sont les festivals de musique qui ont été les plus durement touchés, “ ils ont perdu au total 99% de leurs recettes de billetterie ! 101 festivals seulement ont eu lieu, contre 743 en 2019.” dit la Sabam 

Ensuite :

  • Les organisateurs de soirée -83%
  • Le théâtre professionnel -80%
  • Les concerts -81%
  • Les fanfares , harmonies et petites salles -78%
  • le théâtre amateur -73%
  • les concerts de musique classique -60%

Ajoutez à cela l’absence de compensation pour la perte des droits d’auteur ( sans évènements culturels, pas de droits pour le auteurs, compositeurs et éditeurs ) , et vous comprendrez que les acteurs du culturel sont totalement au bord du gouffre.

En toute sincérité, j’ai encore du mal à comprendre pourquoi nos salles de spectacle et nos cinémas, par exemple, sont fermés malgré les règles de distanciation. Comment faire comprendre à l’ingénieur du son, à l’ouvreuse, au jongleur de cirque ou au responsable du Catering qu’on interdit la fréquentation des salles mais pas celle du métro bondé ou des supermarchés ? On pourra prétendre que les rires ou les applaudissement brassent de l’air, est-il prouvé qu’ils répandent la Covid ? Existe t-il de sérieuses études démontrant l’existence passée de clusters dans ces lieux culturels ? 

De l’air, les acteurs du culturel en manquent cruellement. Et quand bien même on autoriserait la réouverture des salles avec des mesures strictes ( un siège sur deux par exemple ) , les salles pourraient-elles tenir le coup avec le tiers ou , au mieux, la moitié des sièges occupés  ?

La culture produit de la richesse, et pas que pour les stars !

Ne confondez pas : ceux qui sont au devant de l’affiche régulièrement ne sont évidemment pas les plus à plaindre, même si beaucoup souffrent beaucoup de ne pas pouvoir travailler, mais ce sont surtout ceux qu’ils contribuent à faire évoluer dans l’ombre qui souffrent le plus : tous ceux sans qui il n’y aurait PAS d’affiche. C’est tout un écosystème qui s’effondre, et sans réellement de perspectives pour eux depuis un an. 

Au niveau européen, EY a réalisé une étude à la demande du Groupement européen des sociétés d’auteur et ce n’est guère mieux. La sabam précise : “en un an, le secteur culturel et de la création a enregistré un recul de son chiffre d’affaires de 31% ou 199 milliards €. Il fait ainsi partie, avec le tourisme et le trafic aérien, des secteurs les plus fortement éprouvés par la crise sanitaire. Certains segments ont été plus profondément impactés que d’autres : la musique par exemple connaît une perte de chiffre d’affaires de 76% tandis que les arts de la scène régressent même de 90% !

Les médias : un accompagnateur culturel en souffrance

Dans ce contexte, la baisse singulière des revenus des médias pour absence de publicité liés aux précédents confinements n’est pas non plus une bonne nouvelle : les droits d’auteur et de reproduction étant calculés sur le chiffre d’affaire annuel des médias, le gâteau étant moins grand pour un même nombre d’acteurs, il y aura là aussi moins de revenus pour les ayant-droits.

Imaginez en famille comme si cette situation impactait TOUS vos revenus : tout à coup vous n’avez plus de salaire, et tous les revenus annexe que vous pourriez avoir ( placements financiers par exemple, placements immobiliers, etc … ) étaient divisés par 4 d’un coup. insupportable.

Bien sûr, de nombreux secteurs sont touchés : la restauration, les bars, les métiers de contact, et bien d’autres. Tout le monde souffre. Mon but ici n’est pas de comparer les souffrances. Et de toutes façons, ce n’est pas moi qui ai commencé en définissant ce qui est “essentiel” et “pas essentiel” …

Le public est de nature responsable, faisons lui confiance ! 

Le public sait. Il comprend lorsqu’on lui demande de s’astreindre à des règles d’hygiène strictes et à la distanciation. Il comprend si on lui demande , devant une scène, de garder un masque, même si ce n’est pas agréable.  Les gens ne sont pas idiots, ils savent que c’est le prix à payer s’ils souhaitent aller voir un artiste ou un film. Ils savent que c’est à ce prix qu’ils se protègent et qu’ils protègent les autres, proches ou moins proches.

Le public sait s’il peut venir en salle ou pas. Pas un père ou une mère de famille ne prendront de risque s’il se savent fragiles ou exposés. Leurs baby-sitters en seraient reconnaissants… 

Ne peut-on pas faire confiance aux gens, maintenant que les perspectives vaccinales permettent de penser qu’une amélioration sanitaire pourrait voir le jour dans les mois qui viennent ? 

Le public a BESOIN de la culture. La culture est aussi un vaccin, contre l’ignorance la bêtise et l’ennui. C’est la culture qui nous divertit, nous éduque, nous apprend, nous fait rire et pleurer.

Aujourd’hui, nos sentiments et nos émotions sont cadenassés: une heure de spectacle, c’est une heure d’évasion pour échapper à une vie parfois monotone. Sans culture, la vie est une prison dorée.

Veut-on préparer de futures générations de morlocks et d’Elois, comme dans “la machine à explorer le temps” de H.G Wells ? C’est un trait d’humour, mais je ris jaune.

Il est temps de faire confiance, et de SE faire confiance. 

Michael Pachen

 

En savoir plus sur le site de la Sabam : La Covid-19 assène un véritable coup de massue à l’économie culturelle | Sabam


Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

code

JE SUIS EN DIRECT !
OFFLINE !
LIVE OFFLINE
track image
Loading...